« Vous êtes viré, vieil homme », dit une directrice à un concierge sans savoir qu’il va devenir son patron le lendemain


La source: Un concierge en train de balayer. І Source : Shutterstock

Nia était une femme travailleuse, mais sa récente promotion au magasin l’a transformée en patronne agressive et impatiente. Elle s’en est tirée jusqu’à ce qu’elle décide d’insulter et de renvoyer l’ancien concierge.

Cela ne faisait qu’une semaine que Nia avait obtenu sa promotion et elle n’arrivait toujours pas à y croire. Elle était désormais directrice générale de l’un des points de vente d’un géant de la mode.

Des années avant d’obtenir sa promotion, Nia avait de nombreuses idées sur la façon dont elle améliorerait le magasin si elle en avait l’occasion ; et elle les avait rangées dans un classeur. Ce matin-là, ledit classeur trônait fièrement sur son bureau pendant qu’elle s’adressait au personnel peu avant la fermeture.

« Très bien. Est-ce que tout le monde a compris les nouveaux protocoles que nous allons suivre ? », demanda-t-elle.

Le personnel a répondu par des hochements de tête, des sourires bienveillants et quelques légers oui.

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Getty Images

A des fins d’illustration uniquement. | Source : Getty Images

« Je ne veux pas que quiconque fasse preuve de laxisme ou s’écarte de mes nouvelles directives. Pour s’en assurer, voici ce que nous allons faire.

« Toute personne qui ne respecte pas les nouvelles règles – qu’il s’agisse de l’uniforme, de l’accueil des clients ou de la disposition des étalages – perdra sa prime du mois. »

Nia regarda les visages des employés devenir sérieux, tout en souriant fièrement à sa propre idée.

Cependant, le personnel a été complètement ébranlé par une décision aussi radicale. Ils ne pouvaient pas travailler en sachant que la moindre petite erreur, consciente ou non, leur coûterait l’argent qui payait la plupart de leurs factures.

Ils se sont regardés, choqués, se demandant s’ils devaient essayer de raisonner Nia.

Laissez le succès vous monter à la tête, et il vous fera tomber à genoux.

Même si elle avait beaucoup changé au cours de la semaine passée, tous les employés du magasin étaient heureux pour Nia. Ils savaient tous à quel point elle avait travaillé dur pour cela pendant les trois dernières années, et ils connaissaient tous son immense passion pour son travail.

Ils étaient heureux d’être témoins du parcours d’un employé qui a commencé comme stagiaire à l’étage pour finalement arriver au sommet.

Cependant, la nouvelle audace de Nia faisait plus de mal que de bien au magasin et aux personnes qui y travaillaient.

Depuis le premier jour de son nouveau poste, elle a changé les choses, exigé des attentes irréalistes auprès de personnes qu’elle savait travailleuses, et elle réagissait aux moindres erreurs avec colère et impatience.

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Getty Images

A des fins d’illustration uniquement. | Source : Getty Images

Mais connaissant la jeune Nia, qui avait rêvé de ce travail, personne n’a eu le courage de lui dire qu’elle n’assurait pas en tant que manager.

Finalement, une personne tout à fait inattendue a décidé de lui parler.

« Nia, mon enfant, j’ai quelque chose à dire », Victor leva sa main tremblante en souriant.

Nia se tourne alors vers lui à contrecœur. Elle n’était pas d’humeur à accepter les commentaires ou les suggestions de la part du concierge du magasin âgé de 68 ans.

« Tout d’abord, laissez-moi vous dire que nous sommes tous très heureux de vous aider à concrétiser votre vision du magasin, Nia », dit Victor, faisant apparaître un sourire sur le visage de la dame.

« Mais je pense que ce nouveau défi va nous faire travailler dans la peur. Aucun d’entre nous ne veut perdre sa motivation, et nous pourrions peut-être trouver un moyen de fermer les yeux sur les petites erreurs… »

Nia avait fait abstraction des suggestions de Victor et ne pouvait s’empêcher d’imaginer ce que les autres membres de l’équipe pensaient en hochant la tête comme signe d’approbation du discours du vieil homme.

« Je ne peux pas laisser Victor me parler comme si nous avons le même rang. Je ne veux pas envoyer ce message aux autres employés », pensa Nia.

« Victor, ça suffit ! », lâcha-t-elle, à la stupéfaction générale.

« Et si on réparait nos propres erreurs avant de faire des suggestions, hein, Victor ? Vous croyez que je n’ai pas remarqué que vous arrivez tous les jours en retard au travail ? Que dire de la longueur de vos pauses déjeuner ? Vous aviez peut-être le droit à tout cela dans le passé, mais cette époque est révolue. Désormais, selon mes règles, vous devez… »

« Nia, il y a une raison pour laquelle j’arrive plus tard que les autres… »

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Getty Images

A des fins d’illustration uniquement. | Source : Getty Images

Nia n’arrivait pas à croire que le vieil homme l’avait encore interrompue. En regardant les autres employés la dévisager et anticiper sa réaction, elle décida de montrer l’exemple une fois pour toutes.

« Je me moque de votre raison ! Et vous n’avez pas eu la permission de m’interrompre, n’est-ce pas ? »

Victor se figea d’incrédulité, car il n’avait jamais eu à subir la colère ou les insultes de Nia auparavant.

« Que cela vous serve d’exemple à tout le monde », dit Nia. « Quiconque trouve des excuses sous mon autorité sera renvoyé. Tout comme Victor qui est sur le point de l’être ! », a-t-elle déclaré.

Le visage de Victor est devenu pâle, et il était prêt à supplier pour récupérer son travail.

« C’est exact. Vous êtes renvoyés, mon vieux ! Merci pour toutes ces années de service. Mais j’ai l’impression que vous n’êtes plus apte à travailler ici. Allez-vous-en s’il vous plaît ! » Nia avait l’air presque contente de traiter ainsi le vieil homme.

Comprenant que rien ne pourrait faire changer d’avis Nia, Victor sortit tranquillement du magasin tandis que le personnel le regardait s’en aller, choqué et les larmes aux yeux.

C’était peut-être la fin du travail de Victor en tant que concierge du magasin. Pourtant, quelque chose d’incroyablement plus grand était sur le point de lui arriver le jour suivant.

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Getty Images

A des fins d’illustration uniquement. | Source : Getty Images

M. Gordon, le propriétaire de cette chaîne de magasins de plusieurs millions de dollars, fronça les sourcils et abandonna sa tasse de café matinale lorsqu’il a été informé du licenciement de Victor.

« Elle a fait QUOI ? » M. Gordon ne pouvait pas croire que Nia avait été aussi dure avec le concierge.

Nia était nouvelle et ne savait pas que Victor était la première personne à avoir été nommée dans l’entreprise. Il était un élément irremplaçable du succès de l’entreprise dans toute la ville.

Pour M. Gordon, il était hors de question de laisser quelqu’un insulter un homme qui était comme un parrain pour l’entreprise.

« Faites-le entrer… », demanda-t-il. Il s’avère que Victor attendait patiemment à l’extérieur, espérant donner sa version de l’histoire. « …et convoquez une réunion rapide du conseil d’administration ! MAINTENANT ! »

Une heure plus tard, Nia était en train de réprimander un autre employé expérimenté quand une voix derrière elle l’a appelée.

« Nia ? J’ai entendu parler de la façon dont vous avez congédié Victor. Eh bien, si vous n’êtes pas trop occupée, je vais vous présenter le nouveau directeur régional, quelqu’un à qui vous rendrez des comptes. »

Nina était excitée à l’idée de voir le jeune homme ou la jeune femme sophistiqué qui allait franchir les portes vitrées.

« Ça ne peut pas être vrai… c’est… Victor ? »

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Getty Images

A des fins d’illustration uniquement. | Source : Getty Images

C’était bien Victor. Le même vieil homme qu’elle avait brutalement licencié la veille était redevenu son patron, grâce à M. Gordon, qui lui souriait maintenant.

« Victor fait partie de cette entreprise depuis le premier jour, avant que ce ne soit une chaîne de magasins, avant même que ma femme et moi ayons assez d’argent pour mettre une enseigne appropriée à l’extérieur du magasin. Je suis sûr que sa grande expérience l’aidera à assumer ce nouveau poste de direction ».

« Bien sûr, il continuera à arriver plus tard que vous tous, car sa femme Martha se bat toujours contre sa maladie chronique et notre Victor est la seule personne sur qui elle peut compter… ».

Cette révélation de M. Gordon a poussé Nia à ressentir un profond regret. Elle regarda le vieil homme, qui écoutait avec des yeux embués. L’ancien concierge n’avait jamais porté de costume de sa vie. Mais vêtu de ce costume trois pièces, le sourire aux lèvres, Victor avait tout d’un directeur régional ce jour-là.

« Le premier ordre du jour est que Victor doit renvoyer tous ceux qui se sont comportés de manière non-professionnelle au cours des derniers jours ! » Déclara M. Gordon en fixant Nia.

Cette dernière avait l’impression que quelqu’un avait balayé le tapis sous ses pieds. Victor avait toutes les raisons de la renvoyer de l’emploi de ses rêves.

« Victor, je suis terriblement désolée de vous avoir traité comme je l’ai fait hier. S’il vous plaît, ne me renvoyez pas. Cela ne se reproduira pas. Je ne peux pas me permettre de perdre ce travail, Victor. Me pardonnez-vous ? »

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Getty Images

A des fins d’illustration uniquement. | Source : Getty Images

Victor a eu le cœur brisé en voyant Nia fondre en larmes. Il n’avait pas l’intention de la renvoyer. En fait, Victor était encore surpris de sa propre promotion et de la façon dont son patron l’avait défendu.

« Nia, mon enfant, pourquoi voudrais-je te licencier ? Je sais combien tu te donnes à ce travail. Nous le savons tous. Bien sûr, tu as laissé le succès te monter un peu à la tête, mais je suis sûr que c’est une erreur que chacun d’entre nous pourrait commettre un jour ».

« Je ne suis pas en colère contre toi et je ne compte pas te renvoyer », assura Victor à Nia. Ensuite, il s’est tourné vers le reste du personnel et leur a dit d’une voix joyeuse :

« Allez, maintenant, tout le monde, au travail. Ça fait bizarre de vous donner des ordres, les vieux comme les jeunes. Allez, faites bien votre travail ! »

« Nia », dit Victor en s’éclaircissant la gorge et en mettant ses lunettes. « Parcourons ton classeur, d’accord ? Tu as vraiment des idées fantastiques là-dedans… »

C’était le début d’un nouveau chapitre dans la vie de Nia, de Victor et du magasin. Aussi longtemps que Victor a continué à gérer le magasin, Nia est devenue son bras droit. Le duo avait une dynamique de travail exceptionnellement brillante, et grâce à eux, ce magasin est devenu le plus prospère de l’histoire de la chaîne.

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Getty Images

À des fins d’illustration uniquement. | Source : Getty Images

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

  • Laissez le succès vous monter à la tête, et il vous mettra à genoux. Nia aimait l’autorité et donnait des ordres aux gens, se délectant de son succès, jusqu’à ce que le licenciement du concierge du magasin se retourne contre elle.
  • Ne vous précipitez pas pour juger les gens. Nia pensait que Victor n’était qu’un vieux concierge paresseux, mais il a fini par être l’une des personnes les plus importantes dans l’histoire du magasin où elle travaillait.

Partagez cette histoire avec vos amis. Elle pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Lire aussi : Un concierge sauve une chienne juste après son licenciement. Le lendemain, il reçoit une offre pour diriger une grande entreprise

Cette histoire est inspirée de la vie quotidienne de nos lecteurs et rédigée par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est une pure coïncidence. Toutes les images sont uniquement destinées à l’illustration. Partagez votre histoire avec nous ; elle changera peut-être la vie de quelqu’un. Si vous souhaitez partager votre histoire, veuillez l’envoyer à info@amomama.com.

Abonnez-vous à AmoMama sur Google News !

Source link