Une mère de trois enfants, veuve et à court d’argent, reçoit une prime inattendue de 150 000 dollars au travail – Histoire du jour

Lorsque Laura a choisi de travailler des heures supplémentaires pour joindre les deux bouts, son patron lui a remis une prime et une promotion, grâce à un groupe de visiteurs inattendu.

Laura Maxwell était toujours en train de courir. Courir derrière ses trois enfants pour se préparer pour l’école. Courir pour sortir les poubelles juste au moment où le camion poubelle partait. Et courir jusqu’à l’arrêt de bus pour monter dans le bus juste à temps. Puis, à l’hôpital pour enfants Rainbow, elle courait de service en service, de médecin en médecin, dossier après dossier.

On pourrait penser qu’être une infirmière expérimentée justifierait des avantages supplémentaires pendant l’heure du déjeuner, au moins. Mais Laura ne se souvenait même pas de la dernière fois où elle avait déjeuné assise.

« Ralentis, Laura, ou tes pieds pourraient prendre feu ! répétait sa mère. Cette dernière, prénommée Denise, venait de rejoindre la maison. Laura n’avait pas d’autre choix que de la faire venir du village après que Denise eut une autre chute, se blessant à nouveau au genou.

Laura était sur ses gardes depuis le jour où son mari Shane est décédé. Cela faisait cinq mois depuis le matin où elle avait embrassé son visage pour la dernière fois avant de partir au travail, et qu’il lui avait donné une dernière fois une étreinte chaleureuse avant de la laisser partir. Depuis lors, pour une raison quelconque, Laura avait toujours froid.

Elle aurait travaillé jusqu’au point de s’effondrer si elle ne devait pas s’occuper de ses enfants et de sa maman. Dans ce sentiment constant de précipitation et d’urgence qui était désormais la vie de Laura, il y avait des moments où ses trois enfants et sa mère malade la ralentissaient et lui rappelaient qu’elle était humaine.

Arthur, Haley et Rachel étaient encore en bas-âge. Mais ils avaient une manière particulière de savoir si leur maman avait passé une bonne journée au travail – elle apportait toujours des beignets de la cafétéria. Ces derniers jours, de telles occasions étaient devenues rares et les enfants étaient tristes à la fois à cause du manque de beignets et de la vie stressante de leur mère.

Mais un jour, alors qu’il n’y avait plus de courant et que Laura n’était pas rentrée même après 20 heures, les enfants se sont vraiment inquiétés. Grand-mère Denise dormait à poings fermés dans sa chambre, comme en témoignaient les ronflements sonores et rythmés.

« Devrions-nous réveiller grand-mère ? ». Rachel, trois ans, semblait inquiète lorsqu’elle a demandé.

« Non, non, nous devrions appeler l’ami de maman au travail », a déclaré Haley, cinq ans, en cherchant dans le répertoire du téléphone portable de la maison.

Les trois enfants se sont blottis autour du téléphone lorsqu’ils ont entendu la tonalité. Mais après trois sonneries, le téléphone s’est éteint. « Oh non ! La batterie est morte ! », Rachel sursauta d’anxiété. « Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »

« Nous attendrons. Ne vous inquiétez pas, maman sera bientôt là », Arthur, l’aîné, tenta de rassurer ses frères et sœurs. « Pourquoi n’irions-nous pas tous à l’intérieur et ne trouverions-nous pas d’autres bougies en attendant ? »

Après ce qui sembla être une éternité, Laura franchit la porte à pas lourds. Elle laissa tomber son sac par terre avec un bruit sourd et vit qu’il avait réveillé Arthur, qui dormait sur le canapé.

« Chut ! Tout le monde dort à l’intérieur ». Arthur se leva et se dirigea vers sa mère.

« Tiens, laisse-moi t’aider avec ce sac. Que s’est-il passé, maman ? Pourquoi es-tu arrivée si tard ? »

« Je suis tellement désolée, fiston. C’est comme ça que ça va être pendant un moment maintenant. Tu sais comment je cherchais un deuxième travail pour payer l’opération de grand-mère ? »

Arthur lui avait apporté un verre d’eau. « Oui, maman. En as-tu trouvé un ? »

« Non, c’est encore mieux. J’ai demandé à ma patronne (Abby Barker) du travail supplémentaire à l’hôpital. J’ai dû la pousser un peu ». Laura prit une gorgée pour calmer sa gorge sèche. « Mais elle a finalement accepté de me laisser travailler quatre heures supplémentaires en semaine. Et je reçois ce salaire supplémentaire ! N’est-ce pas une bonne nouvelle ? »

Arthur savait que ce n’était pas vraiment une bonne nouvelle. Il savait que sa mère ne donnerait que les bonnes nouvelles tout en laissant de côté les mauvaises. Tout comme elle a caché le fait qu’elle finirait par être encore plus surmenée.

Alors qu’il préparait un plat pour sa mère, Arthur pensa : « Cela signifie que maman sera encore plus épuisée. Elle passera encore moins de temps avec grand-mère et nous. Elle n’aura pas de temps libre du tout ! »

Il a décidé qu’il évoquerait sa pensée pendant que Laura serait en train de manger, mais il constata qu’elle s’était déjà endormie sur le canapé.

En la regardant allongée, fatiguée et épuisée, Arthur prit une décision.

Les enfants ont une façon d’ouvrir les cœurs avec leur innocence naturelle.

Le jour suivant était un jeudi, qui était le seul jour de repos de Laura. « C’est parfait », pensa Arthur.

« Maman, j’emmène Haley et Rachel au parc. Dors et repose-toi. Je te réveillerai quand nous serons de retour dans une heure ».

« Merci, mon chéri », Laura embrassa tendrement Arthur et se rendormit aussitôt.

Arthur s’arrêta brièvement devant la chambre de Denise. « Allez, gamin, tu as ça. Je vais tenir le fort ».

Quelques minutes plus tard, Arthur et ses cadets étaient dans le bus, se rendant au lieu de service de Laura avec une mission. ‘Mission : Free Mommy’, l’ont-ils appellée.

« Nous aimerions parler à Mme Abby Barker, s’il vous plaît », dit Haley, essayant d’avoir l’air aussi adulte que possible.

« Et nous n’accepterons pas de refus ! », Rachel intervint, ajoutant une note inutile d’agressivité.

La réceptionniste passa un bref coup de téléphone nerveux et guida le trio vers un bureau.

« Bonjour, je suis Mme Abby Barker. Comment puis-je vous aider aujourd’hui les enfants ? »

Les enfants ont été surpris par la douceur de la voix de Mme Barker. Ils l’avaient imaginée comme une femme méchante, sans cœur et exigeante envers les pauvres employés. Laura ne l’a jamais évoqué, mais Arthur avait lu certains messages d’autres employés sur le chat de groupe en ligne.

« Elle est vraiment sans cœur ».

« Comment peut-elle nous demander de faire à nouveau un double quart de travail ? »

« Elle a clairement ses favoris et elle nous traite tous comme des ordures ».

Mais quand la femme était en face de lui, Arthur pouvait voir qu’elle était presque inspirante.

Elle parlait d’un ton sévère, mais courtois. Elle a interrogé l’un des employés sur la santé de sa fille. Tout dans son bureau était bien organisé et les enfants se sont immédiatement vu offrir une assiette de beignets.

« Pourquoi avez-vous surmené notre mère ? » demanda Rachel avec la même agressivité qui avait terrorisé la réceptionniste.

Mme Barker a été prise au dépourvu pendant un moment. Arthur est intervenu et a expliqué pourquoi ils étaient là. « Pourriez-vous faire quelque chose, s’il vous plaît ? » demanda Arthur.

« Pouvez-vous s’il vous plaît payer plus d’argent gratuitement à maman ? » Haley a demandé gentiment.

Mme Barker était sans voix alors qu’elle imaginait à quoi devait ressembler la vie de Laura. Elle n’a jamais su que l’infirmière calme et gentille traversait une avalanche dans sa vie personnelle.

« Mes chéris, je suis tellement désolée. Je n’avais aucune idée que votre mère se débattait comme ça ! Je la vois tous les jours, et même si j’ai essayé de lui parler à quelques reprises, Laura s’est tue après le décès de votre père.

J’aurais dû insister et la pousser à parler. Je suis tellement désolée que vous, les enfants, ayez dû traverser tout cela ».

« C’est bon », répondit Arthur, comprenant que Mme Barker était vraiment prise au dépourvu.

Il était logique que sa mère n’ait dit à personne ce qu’elle traversait. C’est comme ça qu’elle était !

La réceptionniste est entrée et Mme Barker a été appelée pour une urgence.

« Merci d’être venus, les enfants, » dit Mme Barker avant de s’en aller avec précipitation.

Les enfants se sont regardés les uns les autres, se demandant s’ils avaient accompli leur mission.

Le lendemain, Laura a été immédiatement convoquée au bureau de Mme Barker. Généralement, une convocation matinale dans le bureau du chef n’était pas bon signe.

Mais la vérité était très loin de ce à quoi Laura pensait. Elle était assise dans un silence gêné et sous le choc pendant que Mme Barker racontait tout l’incident avec ses enfants. Elle avait l’air en colère.

« Je suis en colère. Je ne voulais rien dire devant les enfants. Mais tu m’as laissé tomber, Laura ».

Ça y est, je perds mon travail », pensa Laura en se mettant à plaider.

« Je suis en colère que tu ne m’aies rien dit de tout cela. Je suis en colère d’avoir dû entendre parler de ton combat par tes incroyables petits enfants. Ne me considères-tu pas comme un être humain, et encore moins comme une amie ? As-tu honte de partager ton histoire ou de demander de l’aide ? »

Les questions de Mme Barker frappaient fort.

« Est-ce que je me suis rendue arrogante ou inaccessible ? Parce qu’alors, je t’ai laissé tomber ».

« Non, vous n’avez pas… « , Laura tenta d’intervenir.

« Et je suis désolée pour ça », Mme Barker s’est finalement calmée en prononçant ces mots. « Tu as été un atout incroyable pour cet hôpital. Un mentor pour beaucoup de personnes. Et je veux que tu aies ceci ».

En disant cela, Mme Barker a remis à Laura deux enveloppes.

La première contenait une brochure colorée détaillant une réservation de vacances. « Vous prenez dix jours de vacances et vous voyagez avec vos enfants à Paris. Tout a déjà été réglé, y compris les billets ».

Laura ne savait pas comment répondre au geste gentil inattendu de sa patronne.

« Eh bien, continue. Ouvre la deuxième enveloppe ».

Laura s’est exécutée. C’était un long document officiel avec plusieurs pages de contenu.

Elle se pencha et le lut attentivement. Et quand elle réalisa ce que c’était, elle se figea.

« C’est un bonus de 150 000 $ pour les trois dernières années combinées, grâce à trois petits visiteurs qui sont récemment entrés dans mon bureau et m’ont tout dit ».

« Quand tu reviendras de tes vacances, il y a une autre pile de papiers à signer – Tu es promue au poste d’infirmière en chef. N’oublie pas d’apporter un stylo », a déclaré Mme Barker.

Les pieds de Laura se sont engourdis, et c’était comme si pour la première fois depuis plusieurs mois, elle s’était assise.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

  • Chaque fois que vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à la demander. Lorsque Laura a demandé à faire des heures supplémentaires, elle n’a pas évoqué les énormes difficultés qu’elle devait affronter au quotidien. Si elle en avait parlé plus tôt, elle aurait pu réduire considérablement son stress et celui des enfants.
  • Les enfants ont une façon d’ouvrir les cœurs avec leur innocence non filtrée. L’aîné des trois enfants de Laura n’avait que six ans, mais il s’occupait de sa mère comme personne d’autre. Les choses n’auraient pas changé pour Laura et sa famille sans son intervention innocente.

Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’un concierge qui sauve une chienne juste après son licenciement. Le lendemain, il reçoit une offre pour diriger une grande entreprise.

Cette histoire est inspirée de la vie quotidienne de nos lecteurs et rédigée par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est une pure coïncidence. Toutes les images sont uniquement destinées à l’illustration. Partagez votre histoire avec nous ; elle changera peut-être la vie de quelqu’un. Si vous souhaitez partager votre histoire, veuillez l’envoyer à info@amomama.com.