Un garçon qui boite aide une mère à monter sa poussette dans le bus, son mari débarque sur son porche le lendemain

Une jeune maman impuissante est ravie lorsqu’un garçon qui boitille, vient à son secours pour soulever sa poussette dans le bus. Le lendemain, son mari frappe à la porte du garçon avec une énorme surprise qui le fait pleurer.

Robert soupire douloureusement en regardant ses camarades de classe jouer au basket. Il avait de la peine, car il a toujours souhaité devenir un jour un joueur célèbre. Il aspirait à représenter son école dans tous les tournois, mais personne ne le prenait au sérieux.

Les gens l’ont toujours considéré comme un simple spectateur, car personne ne pensait qu’il pouvait jouer ou courir avec une prothèse de jambe. Robert est, en effet, né avec une malformation à la jambe. Ce qui l’a contraint à se faire amputer.

Il regardait les joueurs les larmes aux yeux, espérant qu’ils l’inviteraient à se joindre à eux ou à remplacer quelqu’un. Mais ceux-ci pensaient que leur équipe perdrait si Robert jouait pour eux.

À la fin du cours d’éducation physique, Robert a félicité les gagnants du match. Ensuite, il a pris son sac à dos et sa béquille, et il s’est lentement dirigé vers l’arrêt bus le plus proche.

A des fins d’illustration uniquement | Source : Pixabay

Cinq minutes plus tard, un bus est arrivé. Robert a attendu que les autres montent parce qu’il ne voulait pas que quelqu’un râle ou le traite de traînard quand il monterait. Il ne manquait pas d’assurance, mais il détestait que certaines personnes fassent des commentaires désobligeants dans son dos.

Il s’est dirigé vers le siège réservé aux personnes handicapées. Il était déjà réservé pour Robert, car le conducteur et le chauffeur le connaissaient bien. C’était un habitué.

Les gagnants ne sont pas nés. On les fait.

Le conducteur connaissait également bien la mère de Robert, Rebecca. Il connaissait ses difficultés en tant que mère célibataire abandonnée par l’homme en qui elle avait confiance et qu’elle aimait, son ex-mari Harry.

A des fins d'illustration uniquement | Source : Unsplash

A des fins d’illustration uniquement | Source : Unsplash

Il y a cinq ans, la vie de Robert et de sa mère Rebecca était complètement différente. Le père de Robert, Harry, vivait encore avec eux à la maison. Bien plus qu’une figure paternelle, Harry était le modèle et l’inspiration de son fils.

Robert aimait se vanter en disant : « Mon père est mon héros ! »

Il aimait jouer au basket avec son papa dans le petit terrain devant leur maison. C’est ainsi qu’il a commencé à rêver de devenir un jour un joueur de basket, mais pas n’importe lequel : Robert voulait devenir un joueur célèbre.

La vie était paisible et heureuse. La famille se contentait du peu qu’ils avaient. Mais le dévouement d’Harry à sa famille s’est estompé lorsqu’il a obtenu une promotion et a été muté à l’étranger. Il a oublié qu’il était déjà marié et avait un enfant de 7 ans lorsqu’il est tombé amoureux d’une autre femme.

Harry n’a pas hésité à révéler sa liaison extraconjugale à Rebecca. Il lui a brisé le cœur non sans divorcer peu après.

Robert a perdu une partie importante de son enfance avec son père. Il se sentait seul et en manque d’amour, mais il s’est ressaisi pour le bien de sa mère.

« Tu dois aller à l’école et bien étudier. Ne laisse aucun obstacle t’empêcher de réaliser tes rêves », disait-elle souvent à Robert. Ces mots suffisaient à entretenir sa passion.

Cela faisait cinq ans que Robert n’avait pas vu son père. Harry ne gardait le contact avec son fils que par le biais de la pension alimentaire qu’il versait. Il avait épousé sa petite amie, qui lui a donné deux enfants.

Harry a offert à sa nouvelle famille une vie de rêve digne d’un conte de fées, mais il a abandonné son ex-femme et son fils, qui le vénérait et l’aimait.

A des fins d'illustration uniquement | Source : Pexels

A des fins d’illustration uniquement | Source : Pexels

Quand le bus a roulé sur un dos-d’âne, Robert est revenu à la réalité. Il s’est arrêté à la station suivante pour prendre des passagers, et une femme était la dernière à faire la queue. Elle tenait une poussette dans laquelle son bébé était profondément endormi.

Robert a regardé la femme pousser sa poussette, et a cherché de l’aide pour la soulever et l’amener à l’intérieur du bus. Mais les passagers, des hommes pour la plupart, ont fait semblant de ne rien remarquer. Alors le petit garçon est allé à son secours sans réfléchir.

« Mademoiselle, tenez l’autre côté, attention… doucement… doucement « , a-t-il dit en saisissant la poussette et en la tirant à l’intérieur. Puis le conducteur l’a aidé, et en quelques minutes, la poussette était à l’intérieur.

« Merci beaucoup ! », soupira la femme en question. Elle ne savait pas que Robert avait des difficultés à marcher avant de le voir boiter jusqu’à son siège. Elle a poussé la poussette plus près de lui, et il s’est levé. « Voulez-vous vous asseoir, mademoiselle ? » lui demanda-t-il. « Il y a encore un peu de place. S’il vous plaît, asseyez-vous. »

La femme a été touchée par la gentillesse de cet étrange garçon, et elle s’est présentée sous le nom de Sandra. Elle a vu un petit porte-clés de basket sur la fermeture éclair de son sac à dos, et lui a demandé : « Tu aimes jouer au basket ? ».

A des fins d'illustration uniquement | Source : Pixabay

A des fins d’illustration uniquement | Source : Pixabay

Une petite étincelle de joie a illuminé les yeux de Robert, et il s’est exclamé : « J’adore le basket. Je veux devenir un joueur de niveau national. J’avais l’habitude de jouer tous les jours avec mon papa. Mais je n’ai personne pour m’entraîner depuis qu’il nous ait quittés. »

« Il vous a quittés ? », a demandé Sandra, inquiète.

Robert a poussé un soupir douloureux. Il lui a raconté le divorce de ses parents et ses difficultés à intégrer l’équipe de basket de son école.

« Mon mari était aussi un joueur de basket », a dit Sandra. Quand elle est arrivée à son arrêt, elle s’est mise à descendre du bus, et Robert s’est levé pour l’aider, mais elle a souri et refusé.

« Je peux descendre, mon chéri. Ma belle-mère m’attend à l’arrêt. Merci beaucoup !  » a-t-elle dit. Robert lui a fait un signe d’au revoir et s’est préparé à descendre au prochain arrêt, où se trouvait sa maison.

A des fins d'illustration uniquement | Source : Unsplash

A des fins d’illustration uniquement | Source : Unsplash

Le lendemain était un samedi, et l’école de Robert était fermée. Il regardait des matchs de NBA sur le portable de sa mère quand quelqu’un a frappé à la porte. Robert a attrapé sa béquille pour aller ouvrir, et il a vu un homme grand et musclé qui se tenait sur son porche avec un ballon de basket.

Robert était stupéfait et a demandé : « Monsieur, comment puis-je vous aider ? »

L’homme a souri et a donné à Robert le ballon et une paire de shorts et de maillots amples. « Champ, prépare-toi pour l’entraînement. Je suis venu pour t’entraîner. Ne veux-tu pas représenter ton école lors du prochain match au niveau de l’État ? ! »

Robert n’en croyait pas ses yeux et a fondu en larmes. Il s’est avéré que l’homme était Jacob, le mari de Sandra. C’était un ancien militaire et un ancien joueur de basket. Sandra lui avait parlé de Robert, et ils avaient trouvé l’adresse du garçon dans son école la veille.

A des fins d'illustration uniquement | Source : Pexels

A des fins d’illustration uniquement | Source : Pexels

Jacob a entraîné Robert trois fois par semaine pendant six mois. Il a enseigné au garçon de nouvelles tactiques de jeu pour contrôler le ballon et sa vitesse. En plus d’encadrer Robert, Jacob l’a motivé pour qu’il surmonte tous les obstacles. « Les gagnants ne sont pas nés. On les fabrique », lui disait-il souvent.

Six mois plus tard, Robert a joué un match test à l’école et a été sélectionné pour représenter son équipe dans le tournoi interscolaire. Les garçons qui l’avaient mis de côté à cause de son handicap ont afflué pour le soutenir. Ils ont encouragé Robert et ses paniers impeccables sur le terrain. Ils voulaient tous se lier d’amitié avec lui, car ils avaient compris qu’il était un atout pour leur équipe.

Quelques mois plus tard, Robert a représenté son école dans un match interscolaire. Son père, Harry, a appris la popularité de son fils dans le sport et a assisté à l’événement. Il s’est senti coupable d’avoir négligé Robert. Harry l’a encouragé, l’a rencontré après son match victorieux et s’est excusé.

À partir de ce moment-là, Robert n’a plus ressenti le vide laissé par son père. Ils se rencontraient souvent, et Harry accompagnait même Robert à ses tournois.

Malgré sa nouvelle renommée et son amitié, Robert resta fidèle à Sandra et Jacob. Il n’a jamais oublié leur aide et les a toujours considérés comme ses anges gardiens qui l’ont conduit des ténèbres à la lumière.

À des fins d'illustration uniquement | Source : Unsplash

À des fins d’illustration uniquement | Source : Unsplash

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

  • Ne pas ignorer ceux qui ont besoin d’aide. Lorsque tous les hommes à bord du bus ont ignoré Sandra et sa difficulté à faire entrer la poussette dans le bus, Robert l’a aidée.
  • Ne regardez jamais quelqu’un de haut. On ne sait jamais ce qu’ils deviendront demain. Les camarades de classe de Robert ne l’ont jamais emmené dans les équipes de basket. Ils pensaient qu’ils perdraient s’il jouait pour eux. Finalement, ils ont afflué pour se lier d’amitié avec lui après avoir vu ses performances exceptionnelles dans les tournois de basket.

Partagez cette histoire avec vos amis. Elle pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle des parents riches qui se déguisent en provinciaux pauvres pour tester la fiancée de leur fils

Cette histoire est inspirée de la vie quotidienne de nos lecteurs et rédigée par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec de véritables noms ou lieux est une pure coïncidence. Toutes les images sont utilisées uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous ; elle changera peut-être la vie de quelqu’un. Si vous souhaitez partager votre histoire, envoyez-nous un mail à info@amomama.com.

Abonnez-vous à AmoMama sur Google News !

Source link