Les dix villes égyptiennes antiques importantes – Way Daily

Les différentes civilisations qui se sont développées dans l’Égypte ancienne étaient parmi les plus avancées et les plus belles de leur époque sur le plan technologique, donnant naissance à certaines des plus grandes villes que le monde ait jamais vues. Beaucoup de ces sites peuvent encore être visités aujourd’hui, un passe-temps favori pour les voyageurs souhaitant contempler les vestiges d’un passé chargé d’histoires.

La plupart des villes égyptiennes ont été construites sur les rives du Nil, une source majeure d’eau et de végétation pour ces communautés. Ils ont également été séparés dans les régions supérieures et inférieures en fonction de leur emplacement par rapport au Nil. Au-delà de l’emplacement, les villes égyptiennes différaient dans leurs objectifs. Alors que certains étaient politiquement focalisés, d’autres avaient une fonction plus religieuse, ce qui a conduit à des différences dans les types de bâtiments qu’ils ont construits et les diplomates y ont logé.

Ci-dessous, nous allons parler de 10 des plus grandes de ces villes égyptiennes antiques et expliquer pourquoi elles sont si importantes. Continuez à lire et trouvez un favori !

Le temple funéraire d’Hatchepsout dans l’ancienne ville égyptienne de Thèbes est l’une des grandes merveilles archéologiques du monde. ( photoeule /Adobe Stock)

1. Thèbes

Thèbes est l’une des villes égyptiennes antiques les plus connues, car c’était autrefois un lieu d’importance religieuse, culturelle et politique. Connue comme la deuxième capitale de l’Égypte pendant le Nouvel Empire (1570 à 1069 avant J.-C.), elle s’appelait la ville d’Amon, un autre dieu créateur. Le poète grec Homère a même un jour qualifié Thèbes de « ville aux mille portes » en raison du nombre de bâtiments qu’elle contenait.

  • Une destination de rêve pour les égyptologues : l’incroyable nécropole d’Amarna
  • Le Nil : comment une rivière a aidé à construire une citadelle – 10 faits étonnants

Situées sur la rive est du Nil dans l’actuelle Louxor, l’ancienne Thèbes et le Nouvel Empire étaient connus pour l’établissement de « pharaons », dont Ramsès II et le roi Tut. La ville contenait de beaux temples appelés temples d’Abou Simbel, construits par Ramsès II et dédiés respectivement à Amon, Ra-Horakhty et Ptah, dieu du soleil, dieu de l’air et dieu de la création. Ces temples, aujourd’hui en ruines, sont encore visibles aujourd’hui.

En plus des temples, la Vallée des Rois est également située à Thèbes. La Vallée des Rois est la région de rock-сᴜt tomЬѕ qui contenait les corps de pharaons et de dirigeants tels que Ramsès II, Hatchepsout et le roi Tut. Parce que cette région contient tant de découvertes archéologiques extraordinaires, elle a été déclarée site du patrimoine mondial en 1979 par l’UNESCO dans le but de la préserver.

Les restes du temple d’Aton à Amarna. ( Sergueï /Adobe Stock)

2. Amarna

Amarna n’est pas aussi populaire que les autres villes égyptiennes antiques, mais elle a été déclarée capitale entre 1353 et 1336 avant JC par le pharaon Akhenaton. Bien qu’elle n’ait pas été une capitale très longtemps, elle abritait l’un des plus grands ѕtгᴜɡɡɩeѕ de l’histoire de l’Égypte ancienne. Akhenaton, qui n’a joué que 20 ans, s’est opposé à la croyance du monothéisme sur les habitants d’Amarna, une croyance qu’ils ont rejetée avec ferveur. Cette croyance a été inversée avec le гᴜɩe de son fils, Toutankhamon, qui a soutenu le polythéisme.

Alors qu’Akhenaton était le dirigeant d’Amarna, il a construit de nombreuses parties de la ville pour honorer et adorer Aton, un dieu du soleil. Les historiens pensent que c’était probablement aussi une tentative de faire d’Aton le dieu égyptien officiel et de détourner les Égyptiens du polythéisme. Bien que la ville ait été rapidement envahie, le site a encore des tombes existantes sculptées avec des inscriptions vénérant Aton.

Venez Temple d’Ombo. (Dennis Jarvis / CC BY-SA 2.0 )

3. Nubt (Viens Ombo)

Nubt, maintenant connue sous le nom de Kom Ombo, était une ancienne ville égyptienne connue pour son agriculture. C’était aussi une ville de commerce, ce qui, joint à son agriculture, la rendait incontournable. À Nubt, les gens adoraient principalement le dieu Sobek, connu sous le nom de dieu crocodile. Le terme Nourriture peut être traduit par « ville d’or », car l’ancienne Nubt était connue pour ses vastes gisements d’or dans toute la région.

De nos jours, la ville est connue pour son temple de Kom Ombo, qui a été construit entre 180 et 47 av. Néanmoins, le temple a été considérablement endommagé en raison du Nil et des catastrophes naturelles comme les tremblements de terre. Il y a aussi un musée du crocodile ouvert en 2012 dédié aux nombreux crocodiles mᴜmmіfі trouvés dans la ville.

Intérieur du Temple de Seti I à l’ancienne ville égyptienne d’Abydos. (Léon Petrossian / CC BY-SA 4.0 )

4. Abydos

Abydos est l’une des plus anciennes villes égyptiennes antiques, remontant jusqu’à la première dynastie. Il était connu comme un lieu extrêmement saint, car on croyait qu’Osiris, le dieu de la fertilité, des morts, de la résurrection, de l’au-delà, de l’agriculture, de la vie et de la végétation, y était sacré. Il est connu comme l’un des dieux les plus essentiels de la culture égyptienne, marquant cette ville comme un ɩапdmагk essentiel pour ceux qui cherchent à l’adorer.

Plusieurs temples ont été construits à Abydos en l’honneur d’Osiris, certains de ces vestiges de temples existant toujours dans la ville. Beaucoup d’anciens rois, reines et pharaons de la région ont été tués dans et autour d’Abydos en raison de sa sainteté. Le temple de Seti I est le ɩапdmагk le plus célèbre d’Abydos d’aujourd’hui, car il est toujours debout et en bon état général par rapport à d’autres bâtiments anciens de l’Égypte (surtout compte tenu de son âge !).

L’un d’une paire d’obélisques de Nactanebo II qui étaient à l’origine situés à Hermopolis (aujourd’hui Al-Ashmunayn) et sont maintenant exposés au British Museum de Londres. ( Domaine public )

5. Hermopolis

Hermopolis, également appelée Khumunu, était autrefois l’une des villes les plus riches de l’Égypte ancienne. Situé à la frontière entre la Haute et la Basse Égypte, il était souvent considéré comme l’un des plus grands centres religieux reliant les deux moitiés. Son histoire remonte à l’Ancien Empire, mais elle a existé pendant de nombreuses années jusqu’à ce qu’elle soit prise en 642 après la conquête islamique.

À Hermopolis, Thot était la principale divinité vénérée par les anciens Égyptiens. Thoth était connu comme le dieu de la guérison, de la magie et de la sagesse, et il y avait de nombreux prêtres et prêtresses dans la ville qui l’adoraient. On croyait également que le premier lever de soleil s’était produit à Hermopolis, ce qui en faisait le « lieu de naissance » du soleil.

Éléphantine était une ville défensive sur une île au milieu du Nil. (Przemyslaw « Blueshade » Idzkiewicz / CC BY-SA 2.0 )

6. Éléphantine

Éléphantine était une ville de défense essentielle pour l’Égypte ancienne. Traduit en «pays des éléphants», Éléphantine était située à la frontière entre l’Égypte et la Nubie, et était connue comme un site de commerce et un site de défense contre la Nubie. Une île au milieu du Nil, Éléphantine était le plus souvent associée aux dieux de l’eau et aux inondations, en particulier Khnoum.

Les ruines de Crocodilopolis en 1904. (Underwood & Underwood / CC BY-SA 2.5 )

7. Crocodilopolis

Crocodilopolis, tout comme Nubt, adorait le dieu Sobek. Sobek, comme nous l’avons mentionné précédemment, était le dieu des crocodiles, donnant son nom à Crocodilopolis. Comme Abydos, c’était aussi l’une des plus anciennes villes égyptiennes antiques, son histoire remontant à environ 4000 av. Située dans la ville moderne de Fayoum en Moyenne-Égypte, dans l’une des régions les plus fertiles d’Égypte, Crocodilopolis était connue pour son agriculture, dans laquelle elle cultivait des plantes telles que le maïs, les fleurs et les olives. Cette fertilité a conduit de nombreux Égyptiens à se tourner vers le culte de Sobek en échange de nombreuses récompenses.

Sphinx d’albâtre au Temple de Ptah vers 1929. ( Domaine public )

8. Memphis

L’ancienne ville de Memphis est historiquement connue comme la première capitale officielle de l’Égypte. C’était la capitale entre 2950 avant JC et 2180 avant JC et était connue comme l’un des principaux centres de culte en Égypte à l’époque. Les dieux Ptah (le créateur), Sekhmet (sa femme) et Nefertem (son fils) y étaient adorés. Certains historiens estiment même qu’à cette époque, Memphis était la plus grande ville du monde.

Située à environ 15 miles (24 km) au sud du Caire, l’ancienne capitale a commencé à décliner entre le 15ème et le 11ème siècle av. Elle est devenue une deuxième capitale (avec Thèbes devenant la capitale principale) jusqu’à ce qu’elle devienne finalement pleinement acquise avec la montée d’Alexandrie en 332 av. Aujourd’hui, il est en grande partie détruit à l’exception des ruines restantes d’un sphinx d’albâtre et d’une statue de Ramsès II.

Les ruines de l’ancienne ville égyptienne de Djanet, également connue sous le nom de Tanis. (Einsamer Schütze / CC BY-SA 3.0 )

9. Djanet

Djanet, également connue sous le nom de Tanis, était une ville située en Basse-Égypte à la fin du Nouvel Empire. Bien qu’elle ne soit pas aussi ancienne que les autres villes égyptiennes antiques, elle constituait toujours une partie importante des 21e et 22e dynasties d’Égypte. Il a servi de résidence royale à ces dynasties à cette époque et a fait l’objet de constructions majeures en l’honneur du dieu Amon (alors appelé Amon-Ra), dieu du soleil et de l’air.

Djanet a finalement été abandonné pendant le règne de Rome sur l’Égypte, mais des travaux archéologiques à la fin des années 1800 ont révélé de nombreux artefacts de la ville antique. Ces artefacts, qui comprenaient des œuvres d’art anciennes, ont donné aux historiens un meilleur aperçu de la ville qu’auparavant.

Gravure du Phare d’Alexandrie par Johann Bernhard Fischer von Erlach. ( Domaine public )

10. Alexandrie

Alexandrie est sans doute la ville la plus connue d’Égypte. C’était la capitale de l’Egypte entre 332 avant JC et 641 après JC après qu’Alexandre le Grand ait conquis l’Egypte. Les généraux d’Alexandre le Grand ont établi la dynastie des Ptolémées, qui a rapidement fait d’Alexandrie le centre intellectuel du monde.

Alexandrie est également devenue connue pour la plus grande bibliothèque du monde (la bibliothèque d’Alexandrie, plus tard Ьᴜгпed par Jules César) et le phare d’Alexandrie, qui était l’une des sept merveilles du monde antique. Le phare était la plus haute structure artificielle de son temps, mais il a été détruit par une série de tremblements de terre entre le 10e et le 14e siècle après JC.

Alexandrie était connue comme une ville de progression et d’innovation technologique. Le phare d’Alexandrie a été construit à l’origine dans le cadre d’une initiative visant à créer un environnement propice au commerce et à d’autres activités dans la ville. Aujourd’hui, c’est toujours la 2ème plus grande ville d’Egypte et est connue pour les catacombes de Kom El Shoqafa, l’un des sites Ьᴜгіаɩ les plus grands et les plus importants d’Egypte.

L’Égypte contre le temps

Bien que ces villes égyptiennes antiques soient fascinantes à découvrir, l’Égypte d’aujourd’hui est assez différente de son histoire. Alors que l’Égypte ancienne était autosuffisante, l’Égypte moderne importe maintenant bon nombre de ses marchandises du monde entier grâce aux progrès des voyages internationaux. Néanmoins, ils comptent toujours beaucoup sur leur agriculture et d’autres entreprises locales.

La culture égyptienne moderne est également différente. Alors que dans l’Égypte ancienne, la plupart des Égyptiens étaient polythéistes et adoraient de nombreux dieux (tels qu’Amon, Ptah et Sobek), la plupart des Égyptiens d’aujourd’hui sont monothéistes et suivent une religion structurée comme le christianisme ou l’islam. Ils parlent également l’arabe égyptien par opposition à l’une des langues égyptiennes anciennes aujourd’hui mortes.

Cependant, certaines choses sont restées les mêmes. Certains aliments anciens ont été transmis et sont toujours fabriqués lors d’événements spéciaux, comme les anciens biscuits égyptiens pendant l’Aïd. Leur langue moderne utilise également encore certains des mots utilisés dans le passé, même si la langue complète elle-même n’est plus parlée. Enfin, ils apprécient toujours les produits égyptiens tels que l’or et les bijoux, qui sont particulièrement appréciés des femmes égyptiennes. La prochaine fois que vous visiterez l’Égypte, envisagez de visiter certaines de ces villes égyptiennes antiques étonnantes afin d’apprendre quelque chose de nouveau du passé.

Source link